Collectif de victimes des assurances

Seul(e) face aux assurances, vous ne pouvez rien.


Le but de ce texte n’est pas de vous décourager, bien au contraire,

l’objectif est de rendre ce monde plus juste, grâce à nos actions communes.



De victime, les assurances tentent de vous faire passer pour escroc
Face aux assurances, vu leurs lobbying, leurs moyens financiers, leurs experts, leurs armées d’avocats, leurs intimidations, leur mauvaise foi, les accusations qu’ils portent à votre encontre et à votre dignité. De victime, ils tentent de vous faire passer pour escroc.




Les assurances utilisent des moyens déloyaux
Leurs moyens financiers sont colossaux, ils sont maîtres du pourrissement par le temps, de l’engorgement de votre dossier par des pièces inutiles pour le rendre incompréhensible et de l’écran de fumée sur leurs pratiques.

Et selon la presse:      

      • leurs ententes,
      • leur usage de détectives,
      • leurs pressions sur les experts soit disant indépendants,
      • leurs pressions sur les facultés,
      • leurs « formations » à l’égard des experts judiciaires…
      • et le lobbying sur certains juges et politiques,   

ne font que confirmer nos dires.



        Exemple de cas concrets

        Les assurances vous ruinent pour rendre votre défense difficile
        Voici leurs méthodes pour vous ruiner et vous obliger à lâcher ou faire de mauvais compromis.


        • Ils vont faire trainer... trainer... trainer... tout d’abord de 15 jours, en 15 jours, voire deux mois et demi pour l’expertise amiable et cela ne s’arrêtera pas.
        • Là, tentative d’intimidation et entente des experts d’assurances « les experts c’est nous, nous ne remboursons pas ça… mon patron ne paye pas, vous ne le connaissez pas… vous n’aurez rien des assurances… il faut écrire si vous n’êtes pas d’accord, mais vous avez aucune chance… vous ne connaissez pas les prix du marché… ici c’est moins cher…» Après vous avoir dit qu'ils ne remboursent pas, au cas ou vous les croiriez, et que vous laissiez tomber, ils vont vous faire signer un bout de papier comme si cela était une feuille de présence,
        • NE JAMAIS SIGNER, ils vous diront ensuite que vous avez accepté une proposition, qu’il vous feront après à 10% de la valeur des dégâts..
        • Non seulement, il ne remboursent pas, ne proposent aucune avance, ne jouent pas leur rôle de conseil, laissent pourrir la situation, mais aussi, vous donnent de mauvais conseils comme commencer les travaux pour masquer les preuves, demander des devis partiels… etc…
        • Ils vont mettre des mois pour rendre leurs rapports en tentant de vous faire passer des délais de contestation, ensuite encore des mois pour vous faire une proposition financière en général à 10% de la valeur du préjudice. En affirmant que l’encaisser, c’est accepter.
        • Puis, ils vont jouer avec vos nerfs, dire que vous n’êtes pas assuré, que ce n’est pas eux, mais les autres qui sont responsables, jeux de plateforme téléphonique où d’un appel sur l’autre les avis sont contradictoires, jamais la même personne, mais des conseils qui vont compliquer votre affaire, qui vous poussent à la faute ou qui vont parasiter votre dossier.
        • Si vous avez une assurance juridique, ils vont vous demander de payer des travaux mal faits (pour ne pas vous mettre en tort), ce qui vous sera reproché ensuite. Puis, pour une contre expertise contradictoire, ils vont vous faire arrêter les travaux, que les experts d’assurances et votre assurance juridique vous avaient conseillé de commencer. Puis, encore vous balader quelques mois pour le bienfondé de l’ouverture d’un dossier ou autre prétexte.
        • Enfin, ils vont enclencher une expertise contradictoire, convoquent un expert d’assurance de mèche avec les précédents (cet expert soutient qu’il n’a pas besoin de se déplacer, qu’il connait les autres experts, et qu’il va s’arranger avec eux….c’est en général là, que vous vous rendez compte que les experts d’assurances sont complètements phagocytés par les assurances et vous avez à faire à une organisation malfaisante). 
        • Vous allez devoir prendre le conseil d’un expert d’assuré (plus sûr, mais malheureusement certains parmi eux aussi sont des hommes de main des assureurs, qui tentent de noyauter cette profession comme beaucoup d’autres).
        • Si expertise contradictoire avec expert d’assurance, délai un mois. Si expert d’assuré, là, le délai passe à plus de 3 mois pour l’expertise contradictoire, plus 3 mois et demi pour que l’expert d’assurance rende son rapport et 1 mois pour la proposition de l’assurance. De 2 mois à 7 mois selon le cas…
        • Au final, la proposition de l’assurance est divisée par deux par rapport à l'accord trouvé en expertise, et il s’est passé 17 mois depuis le sinistre.


        Le temps aggrave les dommages et fait disparaitre les preuves.
        Si vous avez des sévices corporels et vous vous êtes fait soigner, vous avez fait disparaitre les preuves. Si votre maison est détruite, vous avez fait quelques travaux pour pouvoir y vivre ou limiter les dégâts, vous avez aussi fait disparaitre des preuves.




        Le petit monde merveilleux de l’expertise, des avocats, et de la mauvaise foi.

        • Les experts vous disent de réparer au plus vite, mais sans argent. Quand vous faites les travaux vous même, ils vous demandent la facture. Comme il n’y en a pas, cela ne vaut rien. Si, pour eux, vous avez entretenu en bon père de famille.
        • Quand vous avez abattu des cloisons qui risquaient de tomber et de pourrir votre parquet en chêne, vous supprimez des preuves, vous n’aurez rien pour leurs reconstructions et et rien pour les gravats et leurs évacuations. Pire, on vous accuse de vous faire payer des travaux d’embellissement par les assurances.
        • Quand vous n’avez pas entretenu une porte détruite par l’eau, on ne vous rembourse pas la réparation de la porte, car vous avez laissé la preuve du passage de l’eau, mais elle a pourri car vous ne l’avez pas entretenue en bon père de famille.
        • Quand vous dites que des quantités d’eau importantes sont tombées dans votre maison, on vous dit que c’est faux, qu’il s’agit d’un verre d’eau. Quand vous interrogez Météo France qui prouve qu’il est tombé 3000 litres. Là, on vous dit que ce n’est pas la météo qui fait le sinistre.
        • On vous dit que la peinture a cloqué par manque de chauffage, ou à cause du voisin et non pas à cause des 3 000 litres d’eaux qui vous ont inondé... Vous n’avez pas chauffé votre maison sinistrée et inhabitable à la suite du sinistre, vous êtes responsable. Mais personne vous a demandé de chauffer ou proposer de payer le chauffage… ou même de faire trainer une indemnisation pendant 4 ans.

        injonctions contradictoires et mauvaise foi à tous les étages

        Si vous êtes  encore debout, c'est que vous allez bien, et si vous allez bien, c'est que vous n'avez pas besoin de l’'assurance.
        Ils vont vous ruiner en faisant appel à des expertises, contre expertises, sapiteur, en noyant les juges et avocats de pièces parasitantes pour rendre votre dossier lourd et incompréhensible, semer le doute et le discrédit sur vous. Vous demander toujours et encore plus de pièces pour vous épuiser moralement, repousser les dates de 15 jours en 15 jours, pour vous empêcher de vivre, de travailler, tout d’un coup vous demander sous 15 jours des justificatifs introuvables dans ce délai, pour faire monter la pression, et surtout, vous accuser de faire trainer alors qu’ils sont maître hors catégorie en la matière.



        Vous assignez en justice en référé pour faire vite

        • Audience. Les avocats des assurances s’entendent devant le juge pour vous « plumer », votre avocat non spécialisé se fait balader.
        • Le juge vous défend malgré tout. Il nomme un expert.
        • Vous changez d’avocat et d’expert d’assuré. Expertise judiciaire.
        • L’expert judiciaire connait tout le monde sauf vous et vos défenseurs. Pas de chance celui-ci manque de neutralité, probablement « dine en ville » avec les assurances.
        • Votre assurance plutôt que de vous défendre, évoque un vice de déclaration, l’expert judiciaire se laisse faire, rend un rapport incomplet demande une prorogation de délai plus un complément d’avance, ils vont faire trainer l’affaire un an, en obligeant votre avocat à demander une extension de mission.
        • A ce stade, il vient de se passer 3 ans. Si vous n'aviez pas été assuré, vous auriez gagné 2 ans et demi. Dans certain cas, il est donc préférable de ne pas être assuré, ou de ne pas faire appel à votre assurance, ce qui revient au même.
        • Vous alertez l’APCR, Banque de France pour dénoncer une entente entre les assurances.
        • Vous alertez L’UFC, mais ils n’interviennent pas dans les affaires en cours…
        • Audience 2, le juge étend l’expertise à l’ensemble du sinistre, seconde expertise judiciaire, l’expert fait des comptes d’apothicaire, se permet de prendre parti sur mes choix, va jusqu’à orienter les avocats sur certains sur des sujets, qu’il juge faible. Face à cela, vous fournissez des démentis versé aux débats.
        • Les assurances demandent une expertise comptable sur l’association alors que le problème est ailleurs.
        • L’expert rend son second pré-rapport, et propose un sapiteur financier.
        • Votre avocat vous conseille d’accepter. Vous demandez un spécialiste. L’expert judiciaire sollicite les parties pour en trouver un, demande une prorogation de délai 9 mois, plus un complément d’avance.




        Vous affaiblir pour que vous ne puissiez plus vous défendre
        3 ans et demi se sont écoulés ( 23 ans pour un autre).
        D’après les avocats, le seul mot d’ordre des assurances est de faire trainer… renvoi au fond, appel et cassation.
        Votre patrimoine est en danger, vous n’avez rien touché, vous êtes ruiné ou paralysé, pas vos dépenses et charges, vos projets sont à l’arrêt, vous avez perdu votre emploi, du chômage, vous êtes passé au RSA, votre moral est malmené, votre santé se dégrade, vous êtes interdit bancaire, votre maison est hypothéquée, des familles sont disloquées, d’autres se suicident… à la rue, saisie de vos biens par les banques...




        Vous savez à ce stade que vous avez besoin des meilleurs conseils,
        mais vous ne pouvez plus les payer.


        Pour vous empêcher de vous défendre et se couvrir au cas où vous fassiez un acte désespéré, les assurances vont tenter de vous » clochardiser » pour vous faire passer pour un pauvre type ou une pauvre femme, vous discréditer et dire qu’ils n'y sont pour rien dans votre situation, que de toute évidence vous avez fait les mauvais choix. 



        Les assurances vous détruisent

        • ils vont vous avilir et vous traiter de pauvre type, car vous avez perdu votre sang froid ou votre statut social et votre dignité.
        • Si vous tombez malade, ils vont dire que les causes de votre maladie sont multiples et que vous n’avez pas de chance.
        • Si vous vous suicidez, il vont dire que nos nerfs étaient fragiles, que vous, vous étiez dérangé ou instable,
        • Si vous commettez un acte fou, vous serez jugé comme terroriste ou criminel.


        Les assurance jouent avec votre vie, une fois anéanti, ils vont vous proposer des « miettes », ou rien.
        si vous refusez :



        Ils vont spéculer sur votre mort, comme ils l'ont fait avec les assurances vie.


        Vous ruiner, mettre en danger votre patrimoine, jouer sur vos nerfs, cette pression pourrait vous engager à faire une mauvaise négociation.
        Mais le pire c’est que certains face à cette pression, vont développer un cancer ou autres maladies mortelles, ce qui permettra aux assurances une fois de plus de tenter de ne pas payer, une fois que vous ne pourrez plus vous défendre ou que vous serez décédé.




        Irresponsables sans aucune étique

        • Ils utilisent les mathématiciens du calcul de risque pour calculer le risque qu’ils prennent à ne pas vous rembourser plutôt que le risque de ce qu’ils assurent.
        • Ils spéculent en bourse sur des valeurs volatile via des sociétés d’investissement avec votre argent.
        • Les années calmes ne remboursent jamais le trop perçu de cotisation à leurs assurés, ce que les mutuelles devraient faire.
          Ils dépensent des milliards  pour des campagnes de mensonges. (voir presse )
        • lls cassent notre société, créent de la misère, de la même façon que les lobbyings des cigarettes, des pesticides et laboratoires pharmaceutiques, ils sèment la mort pour un profit toujours plus grand, en bloquant des vies, des projets, des entreprises, des associations, des communautés, des villes, Ne s’agit-il pas d’un crime contre notre civilisation et contre certains?

        Leur seul mot d’ordre faire trainer, renvois au fond, appel et cassation.



        Cela vous semble normal? Nous non.




        C'est pour cela que nous devons nous fédérer, nous victimes, mais aussi nos défenseurs, (experts et professionnels de tous genres, avocats conseillés juridiques, associations, juges, politiques, fonctionnaires et citoyens), les assurances sèment le doute en nous divisant et en fabriquant des cas d'escroquerie mais les vrais criminels ce sont eux.


        Il faut lever le doute la dessus.


        Ensemble, nous allons nous soutenir, témoigner, rendre publique leurs pratiques, leurs manœuvres, en masse nous défendre,nous épauler, proposer des systèmes solidaires et alternatifs pour pouvoir se passer légalement d’eux.